terre_transpercee

Nous voici arrivés à une échéance où chaque électeur doit se poser la question : "que dois-je faire pour protéger la France, cette nation que plus de quinze siècles de travail et de convictions ont placé aux premiers rangs de l'humanité" ? Moralement et économiquement.

Voilà qu'au détour d'une élection truquée, qu'à l'aide de manigances inavouables, certains se sont cru permis de fausser la démocratie, ce qui revient à tromper - une fois de plus - leurs propres électeurs de l'année 2012.

Bref, nous avons le choix entre la responsable d'un parti d'extrême droite dont le fondateur n'a jamais caché ses opinions outrancières. Marine Le Pen s'est construit un profil qu'elle croit attirant, séducteur et chaleureux mais qui est en réalité un masque derrière lequel se cache le racisme, la xénophobie, le nationalisme le plus rude. La peur est sa marque de fabrique.

Je ne peux pas m'empêcher de penser aux USA où il a fallu voter une loi fédérale pour interdire la ségrégation raciale à l'école, dans le monde du travail, au gouvernement et dans les lieux publics et cela se passait en 1964 (l'année où j'ai passé mon baccalauréat), pas si loin que cela, un an après l'assassinat du Président KENNEDY. Et nous accepterions de prendre le risque de revenir en arrière ? Non, ne laissons pas démolir par des extrêmistes en costumes et cravates, un pays qui est le fruit du travail de nos familles et de nos parents. Pour moi, il ne saurait être question de voter pour Marine Le Pen, à cause de tout ce qui précède.

En face, on nous propose un homme encore jeune, avec des études et une ambition qu'il ne cache pas. Hollande se sert de lui parce qu'il n'a pas su rester dans la course à cause de ses échecs au Parti socialiste et à la tête de l'Etat. Hollande cherchait une marionnette mais il n'a pas su tirer les ficelles efficacement. Donc, Emmanuel Macron s'est entouré d'hommes expérimentés, très riches et patrons de médias ou anciens banquiers : Patrick Drahi, Xavier Niel, Pierre Bergé, Jean-Michel Baylet, Bernard Mourad, Jean-Daniel Lévy. Ces parrains (et pas une femme) sont propriétaires en partie de : Numéricable, SFR, RMC, BFMTV, L'EXPRESS, Libération, Interactive, La Dépêche, Le Midi Libre, Illiad-FREE, Le MONDE.

E. Macron a recherché l'aide des anciens socialistes : Bertrand Delanoë, Gérard Collomb, Jacques Attali, Thierry Pech, et...François Bayrou. D'autres se sont annoncés plus récemment pour les bons postes. Il n'ose pas donner le nom du futur premier ministre, ni des membres de son gouvernement. Est-ce la surprise du chef ?

Macron a étonné les électeurs par le flou de son programme. Il disait d'abord qu'une élection présidentielle ne se joue pas sur un programme. Il dit que c'est un homme face au peuple; donc, il faut faire plaisir à tout le monde, à tous les métiers, aux fonctionnaires, aux paysans, aux banquiers et aussi aux jeunes. A force de se disperser ainsi, ne risque-t-il pas de ne rien faire complètement ? Que fera-t-il en faveur des retraités, des artisans, de la police et de l'armée ?

Saura-t-il veiller sur tout le monde, surtout ceux qui sont dans le besoin, et que fera-t-il pour la sécurité dans le pays ? Quels projets a-t-il pour maîtriser l'immigration légale et illégale ? Quelle est sa position entre réfugiés et migrants économiques ?

Pour un candidat-président, Emmanuel Macron s'est entouré de trop de soutiens qui sont divergents; ils tirent dans des directions opposés; il faudra savoir garder le cap de sa politique en disant "non" le moment venu. Aura-t-il une majorité à l'Assemblée Nationale ? Ne va-t-il pas gouverner à grands coups d'ordonnances ? Où est la démocratie avec les ordonnances et l'article 49-3 ?

Pour moi, avec toutes ces inconnues, il ne saurait être question de voter pour Emmanuel Macron parce qu'il s'est rendu complice des manoeuvres de Hollande, en connaissance de cause et pour son bénéfice personnel. L'avenir de la France ne peut plus se jouer qu'aux élections législatives. Rendez-vous en juin ! Notre salut tiendra à une saine cohabitation; et pourquoi pas ?